Kosmoptikon // Old school // Quelque chose plutôt que rien

Kosmoptikon // Old school // Quelque chose plutôt que rien dans Kosmoptikon palestine-1930-31

Juste pour se souvenir qu’en Palestine, en 1930, avant les frontières de 1967, il y avait là-bas quelque chose plutôt que rien.

 

Palestine 1930
Album : Palestine 1930

13 images
Voir l'album

Mots-clefs :, ,

5 Réponses à “Kosmoptikon // Old school // Quelque chose plutôt que rien”

  1. Stef D-neff
    2 décembre 2012 à 23 h 19 min #

    Elles sont de qui ces photos ?

    • kosmopolis
      2 décembre 2012 à 23 h 36 min #

      Aucune idée. Sans quoi, évidemment, le nom des photographes serait indiqué (comme c’est le cas dans les reportages ou dans la rubrique Old School). La question est légitime et problématique. Mais vu qu’on trouve des tonnes de photos libres de droit sur des banques d’image, sans nom, sans auteur, faut-il résister à la tentation de les utiliser ? C’est vraiment une question. Si vous me donnez des arguments convaincants, je suis tout à fait prêt à cesser d’utiliser ce type de ressources. Dans le fond, le débat est le suivant : un auteur fait une oeuvre en 1930 (toutes ces photos dates de 1930). J’ai des droits d’auteur sur ces photos ou je suis mort et mes ayants-droit ont hérité de ces droits. Cette oeuvre est numérisée et, de site en site, l’oeuvre perd la trace de son créateur. Ceux qui l’utilisent ne sont plus en mesure de savoir à qui attribuer l’oeuvre. Ceci pose un double problème : il y a des droits d’auteurs qui se perdent -même si on n’en fait pas d’utilisation commerciale- ; on peut remonter à l’auteur -ce qui pose encore un double problème, authenticité de la photo et histoire de l’oeuvre de l’auteur. Je ne sais pas auquel de ces problèmes votre question fait allusion. Vu le nombre de site où je les ai attrapées, je présume qu’il y a plusieurs photographes. Mais comment trouver leur nom à partir de l’image ? Je me suis limité à des images non polémiques et qui donnent des garanties relatives de leur localisation dans l’espace et le temps. Une fois qu’on a trouvé ces images, doit-on s’en passer ? Imaginons que vous fassiez une étude sur des poteries étrusques ou sur des tapis ouzbeks en Ikat, renonceriez-vous à utiliser les images qui illustreraient votre propos parce que vous seriez dans l’impossibilité de remonter à l’auteur de ces oeuvres ? Si vous vouliez simplement connaître le nom de l’auteur -ce dont je doute fortement puisqu’il est assez clair qu’il s’agit de photographes différents- alors je reviens à mon premier aveu, je n’en sais rien.

  2. Stef D-neff
    2 décembre 2012 à 23 h 36 min #

    Elles sont de qui les photos des années 30 ?

  3. artisandudesordre
    3 décembre 2012 à 12 h 42 min #

    Il faut deviner le peintre pour comprendre l’image.
    Merci pour cette (trop courte) série.

  4. kosmopolis
    4 décembre 2012 à 1 h 30 min #

    Chère Laure,

    La rédaction (et je sais de quoi je parle) n’aura qu’une réponse, à peine modérée par un trémolo ému de reconnaissance : « hop ! ».

    Donc Hop!

Laisser un commentaire

RCD Bgayet-Jijel |
Burberryk |
Ameljerbi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdeross
| Quels sont les éléments qui...
| Lafouinesedanaise