Kosmolitt // Microfiction // Bobby.J.Bob à Helsinki

Kosmolitt // Microfiction // Bobby.J.Bob à Helsinki dans Bobby .J. Bob bobby.j.bob_2

Arf, Ole Hyvä, ici Bobby .J. Bob, alias Böbi Joulupukki Böb, en direct et en plein coeur d’Helsinki, au bar Socis, dans l’hôtel Seurahuone, lui-même en face de la gare centrale, le tout au coeur de la grande plateforme de départ et d’arrivée.

Ici tout arrive, par exemple, à l’instant, une poule platine déguisée avec une grosse doudoune rose et qui parle un russe de supermarché à un homme dont les mains pourtant vides ont toujours l’air de tenir un tournevis. Petits miracles de la nature. Elle renifle fort en se massant le visage. En tant que reporter-chien, je puis me permettre de mentionner que cette pratique signifie, en chien, la recherche d’une contenance, en ayant l’air naturellement plein d’assurance, de contentement de soi et d’une impérieuse impatience.

Antje, clochard polonais rencontré hier soir sur le parvis de l’hôtel manifestait son intention de voir son verre de bière se remplir à nouveau avec une jovialité beaucoup plus slave et au demeurant bien plus sympathique, bien que mon éthique de reporter chien -qualité susmentionnée, n’est-il pas, parfois je me demande si je ne me répète pas un peu-, bref, mon éthique disais-je avant de m’interrompre pour les besoins de la cause, mon éthique m’interdit de porter des jugements de valeur.  Contrairement aux autres reporters, nous autres, nous sommes vraiment des chiens aussi pouvons nous facilement mobiliser la neutralité et l’objectivité qui sied à tout journaliste n’ayant ni valeurs, ni l’honnêteté d’admettre qu’une information est toujours partielle et relève toujours d’un choix. Bref, s’il faut des couards performants, je suis un champion.

Toujours est-il qu’à Helsinki, comme je vous en informais dans un précédent reportage, il pleut. Parfois, il neige un peu mais sans conviction. Les finlandais on fait de la nuit un art consommé. Nulle part ailleurs qu’en Finlande on sait faire des nuits qui feraient passer Gotham City pour une joyeuse province. La preuve en image :

instantane-1-01-01-2013-19-40 dans Kosmolitt

Image de prévisualisation YouTube

Mais on sait aussi faire d’autres miracles bien étonnant avec un peu de jour et un goût pour le débordement hargneux, humoristique, et transgénérationnel. Par exemple, cher lecteur, où que tu sois -la providence fasse que ce soit un lieu agréable-, il y a des radios, que dis-je il y a des radios, on sait faire des radios. Eh bien les habitants d’Helsinki, quand ils s’y mettent, ils ne font pas les choses à moitié.

Image de prévisualisation YouTube

Bien sûr, à Helsinki, il y a la forteresse de Suomenlinna, le billard Chaplin, le quartier de Kallio, et des tas de trucs chouettes, il y a encore cette langue fabuleuse dont la simple audition peut servir de catharsis au plus névrosé des parisiens (et dieu sait qu’ils ont ce talent là, nos parisiens), il y a bien entendu tout cela, la viande de renne et le hareng à la crème (je ne dis pas quelle crème parce qu’il y en a à toutes les crèmes possibles), mais si je devais vous parler de tout cela, je perdrais de vue mon sujet premier, le coeur de l’information, le noeud de l’actualité, voilà, à Helsinki, tout est clair, même s’il fait nuit. Comprend qui peut ou comprend qui veut.

9205947-finlande-ancienne-forteresse-suomenlinna-pres-de-helsinki

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

RCD Bgayet-Jijel |
Burberryk |
Ameljerbi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdeross
| Quels sont les éléments qui...
| Lafouinesedanaise