Kosmolitt// Microfiction // Bobby .J. Bob rue des Frigos

Kosmolitt// Microfiction // Bobby .J. Bob rue des Frigos dans Bobby .J. Bob bobby.j.bob_2

Arf ! Ici Bobby J. Bob en pleine forme et en direct de la rue des Frigos, l’oeil acéré, l’oreille ouverte juste pour vous procurer les scoops en abondance et révéler les informations les plus cruciales. Quoique. Quoique rue des frigos, je suis envahi -malgré mon flegme de reporter chien qui est pourtant considérable- bref disais-je avant de m’interrompre, je me sens envahi, rue des frigos, d’un petit sentiment moyenâgeux qui n’invite pas à l’excitation, que dis-je à la trépidation de l’actualité brûlante. Rue des frigos. Ca sonne un peu comme « Rue de l’évéché », « rue du petit séminaire », « rue de l’échaudé », « rue de la grande pissoire », « rue des Tanneurs », etc. Of course and by the way, vous pourriez me dire qu’il n’y avait pas beaucoup de frigidaires au moyen-âge. Que nenni, enfer et obscurantisme, même les grecs anciens, dieu ait leurs âmes nobles et drues, même les grecs mettaient de la glace dans leur vin fort, glace qu’ils conservaient dans des jarres placées dans des caves fraîches, ce qui montre bien que j’ai raison, n’allons pas pinailler, je vous pardonne, bande de cuistres.

Mais revenons rue des Frigos, qu’au demeurant, moi, je n’ai jamais quitté pendant que vous contestiez fourbement la validité historique de mes divagations moyenâgeuses. Evidemment, le premier scoop, je vous l’ai déjà livré, vous ne vous êtes aperçus de rien, talent discret et non moins admirable du journalisme d’investigation modeste et honnête, la rue des Frigos existe ! C’est-y pas formidable, une chose pareille. J’attends avec impatience de découvrir la rue du tiroir à vaisselle, la rue du bac à légume, la rue de la cuisine Ikéa et autres inepties toponymiques. Mais la rue des frigos existe, c’est formidable, la preuve :

instantane-2-14-01-2013-17-54 Bobby .J. Bob dans Kosmolitt

Arf, donc. Mais dès les premiers regards furtifs, la rue des frigos livre un passé insoupçonnable et qui vous édifiera tous ! Je découvre à l’instant les traces d’une civilisation Chien qui a visiblement fleuri sous ces cieux accueillants, comme la civilisation égyptienne propspera sous les yeux bienveillants du sphynx de Guizeh. Et justement le Sphynx, le voici ! (voir photo ci-dessous). Quel étrange roi chien, quel empereur chien (c’est un mâle comme en témoignent les deux énormes choses au bas de son corps symbolisé) a pu gouverner ces immeubles altiers. Quelle majesté dans l’allure, dans les parures (notez l’anneau d’or pendu à son oreille qui renforce le caractère royal du personnage).

Voilà le témoignage manifeste d’une civilisation oubliée, d’un temps où les chiens parlaient hautement (et non pas seulement pour faire des reportages pour la rédaction de Kosmo), où ils se gouvernaient eux-mêmes, où ils étaient artistes. Vous sentez grâce à cette découverte ce que l’on perd à cantonner la gente canine au rôle d’objet sexuel familier rangé dans l’appartement comme un nouvel aspirateur avec fonction calin.

instantane-4-14-01-2013-17-55 kosmolitt

Arf ! Que vois-je ! La reine-mère. Comme elle est belle. Son regard me frappe et je revis sous ses yeux royaux une enfance que je n’ai pas vécue. Ô ma mère, ô ma reine, ô immensité perdue d’un règne millénaire. L’émotion point et je ne sais même pas si ma qualité de reporter-chien m’autorise à contempler des vestiges si nobles. Mais c’est à moi qu’il incombe de témoigner puisque c’est moi qui vient de faire cette découverte inouïe.

instantane-3-14-01-2013-17-55 microfiction

Cependant, en tant que reporter-chien, toujours au service de l’objectivité et de la vérité nue -très nue! La reine avait des loisirs un peu olé-olé. Ici, elle regarde le spectacle de deux petits êtres humains nus s’enlaçant sous ses yeux las. Pour restaurer l’image de notre reine des temps anciens, on notera tout de même que je n’ai jamais vu un humain détourner le regard devant deux chiens s’enlaçant à leur manière. Et nous, chers amis, chers camarades, nous sommes toujours nus. Alors s’il vous plaît, je vous en prie.

instantane-1-14-01-2013-17-53 rue des Frigos

C’était Bobby .J. Bob, en direct du moyen-âge parisien, c’est à vous Kosmo, moi, je me plonge dans les vestiges des empires chiens.

AD.

Mots-clefs :, , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

RCD Bgayet-Jijel |
Burberryk |
Ameljerbi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdeross
| Quels sont les éléments qui...
| Lafouinesedanaise