Kosmopolitique // Billet d’humeur // « La carte et le territoire »

Kosmopolitique // Billet d'humeur //

Peut-on créer une communauté politique sans territoire ? Tout dépend ce que l’on veut appeler « communauté politique ». Il y a là un point aveugle de la théorie politique dont on peut tracer quelques contours, notamment dans ce moment de conquête, de guerre entre des armées territorialisées et des groupes terroristes qui prétendent au contraire avoir une action transnationale ou pour le moins des buts transnationaux.

c-atlas-catalan-empire_mali billet d'humeur dans Kosmopolitique

Ci-dessus, une carte catalane de l’empire musulman (la carte date du XVIeme siècle et fut réalisée pour Charles Quint.

On sait par exemple que certaines cellules d’Al Qaeda au Soudan étaient organisées par nationalité. On sait encore que ces groupes agissent sur un territoire donné qu’ils connaissent et dont ils ont une certaine maîtrise. Le groupe Aqmi porte dans son nom la référence à un territoire (le Maghreb islamique), chacune de ces communautés agit dans un rayon d’action où elle maitrisera le trafic et les moyens d’assurer sa protection, et enfin, dans les récentes affaires militaires, on voit bien que leur rapport au territoire est décisif. Il fallait envahir, puis être capable d’être très mobile et enfin de se fondre dans la population. Le transnational et la déterritorialisation fait partie du jargon de politologues, et sont enseignés comme l’alpha et l’oméga de la théorie des relations internationales à Sc-po. Les exemples habituels d’acteurs transnationaux sont : les groupes terroristes, les multinationales et les ONG. On pourrait les contester en montrant systématiquement comment ces groupes sont marqués par des enjeux, des intérêts et et des ancrages nationaux mais il est une réponse plus simple et à mon sens plus intéressante. Un groupe terroriste, une multinationale ou une ONG forment-ils des communautés politiques ? Pour le premier groupe, la question se pose réellement.

Cherchons d’autres exemples parmi les diasporas. Il existe une diaspora juive à travers le monde mais en aucun cas, on ne peut dire qu’elle forme une communauté politique unie, ni par ses pratiques politiques, ni par ses valeurs et ses représentations. Il en va de même pour les diasporas grecques, arméniennes, coptes, libanaises. La communauté libanaise du New Jersey aux USA, par exemple, a adopté le fonctionnement et les représentations politiques de son pays d’accueil. A Paris, les libanais se rassembleront moins visiblement, conformément à la tradition du territoire en question. Un communiste chrétien libanais de Paris et un Druze ultralibéral du New Jersey n’auront de réflexes communs ou de références communes qu’au sujet du territoire libanais ou s’ils se retrouvent confrontés l’un à l’autre au Liban. Le territoire, le sol délimité demeure une référence presque inévitable.

carte-mali-detail-1024x888 carte

Il possible qu’en réalité, quand on parle de territoire, on parle moins d’une zone délimitée autour de laquelle chaque belligérant aura soin de faire pipi pour « marquer son territoire » qu’une échelle qui correspond à celle de la fréquentation, ou au moins d’une forme de fréquentation. En ce sens, l’attachement fondamental au territoire correspondrait au lien fondamental entre l’échelle de la politique et l’échelle de la fréquentation, ou pour le dire autrement, entre l’échelle de l’appartenance et l’échelle de la fréquentation réelle, face à face.

Dans une telle hypothèse, on pourrait expliquer que les réseaux sociaux ne créent pas de communautés politiques bien qu’ils impliquent des communautés de représentations, de valeurs, de pratiques. Chacun aura une appartenance qui dépasse et transcende son « appartenance » à telle ou telle communauté facebook. On pourra dire la même chose de l’échelle des ONG ou de l’échelle de la plupart des grandes entreprises.

Je propose de penser le territoire comme l’échelle de la fréquentation, et la fréquentation comme le motif premier de l’appartenance et lieu du jaillissement du politique.

Sur et ce pour finir, d’autres cartes, na.

AD.

PS : Et je n’ai jamais lu une ligne Mr Houellebecq

carte-mali-15-01-2013 déterritorialisation

carte-mali-ok Kosmopolitique

Mots-clefs :, , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

RCD Bgayet-Jijel |
Burberryk |
Ameljerbi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdeross
| Quels sont les éléments qui...
| Lafouinesedanaise