Kosmoptikon // Evénements // Joel Meyerowitz

Kosmoptikon // Evénements // Joel Meyerowitz dans Kosmoptikon 625x351

Joel Meyerowitz expose en ce moment ses clichés à la Maison Européenne de la Photographie. S’il avait présenté des peintures, j’aurais dit : « C’est bien peint ». Voici quelques raisons de ne pas vous rendre à cette exposition qui se présente pourtant comme un passage obligé ces temps-ci.

 joel_meyerowitz_004_losangelesairport_1974 exposition dans Kosmoptikon

-Raison n°1

L’exposition est mal construite. En mettant trop de photos dans un espace mal organisé, la circulation dans l’espace devient pénible, on est collé au cliché ou à l’épaule d’un importun qui s’interpose sans compter les innombrables moutards qui non contents de vous marcher sur les pieds vous font des commentaires désobligeants (nous y viendrons tout à l’heure) au lieu d’avoir de doctes réflexions sur Meyerowitz, Robert Park son mentor, comme il se doit dans les expositions.

2012-10-18-pg29 Kosmopolis

-Raison n°2

Aussi étrange que cela puisse paraître pour un photographe de cette renommée, tout est -et sans jeu de mots- tellement cliché, tellement attendu. Le cadrage, le grain, l’organisation de l’espace. Ce travail est étrange, ni laborieux, ni génial, simplement cliché et bien fait. On sent que le photographe a financé ses voyages en dirigeant une agence de publicité.

-Raison n°3

L’exposition est organisée traditionnellement de manière chronologique. Or, ce n’est pas une bonne idée. Après un début de parcours intéressant, le travail de Meyerowitz, du moins à mes yeux, est de moins en moins original, de moins en moins frappant. Si au début, l’on s’amuse un peu, l’ennui point avec vigueur, notamment devant la série « éléments » d’une platitude consciencieuse.

joel-meyerowitz-retrospective-time-magazine-568x360 kosmoptikon

-Raison n° 4

L’exposition vous donne un coup de vieux, à cause des moutards sus mentionnés. En effet, Meyerowitz a travaillé sur les attentats du 11 septembre et comme les clichés sont très habituels et correspondent parfaitement à celles que livrèrent les médias à l’époque, on a vaguement l’impression de revivre un petit moment d’actualité. Or, et c’est insupportable, les dits moutards n’étaient pas nés et pour eux, ces images sont de l’histoire, comme Stalingrad, la chute de Ceaucescu ou la guerre du Vietnam.

08__wtc_2001-09_27-04_slideshow mep

Pour ceux qui ne résisteraient pas à la tentation ou qui voudraient en savoir plus sur le photographe, voici un lien vers la page de la Maison Européenne de la Photographie dédiée à l’artiste.

dairyland_provincetown_1976__courtesy_howard_greenberg_gallery_nyc__copyright_joel_meyerowitz_2012 Meyerowitz

ph9849

Mots-clefs :, , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

RCD Bgayet-Jijel |
Burberryk |
Ameljerbi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdeross
| Quels sont les éléments qui...
| Lafouinesedanaise